Friday, April 12, 2019

Coming Soon: Digitized archive of the Philby-Ryckmans-Lippens Expedition

Les archives de l’expédition Philby-Ryckmans-Lippens bientôt numérisées et en ligne
CIOL

Soutenu par le Fonds Baillet-Latour géré par la Fondation Roi Baudouin, un vaste projet entend assurer la conservation et la valorisation des archives de l’expédition belge Philby-Ryckmans-Lippens, grâce à une restauration partielle et une numérisation complète. La mise en ligne des fichiers numérisés et des métadonnées qui y sont associées rendra les archives accessibles aux chercheurs, tandis qu’une exposition virtuelle permettra de faire découvrir cette expédition auprès du grand public. Les archives seront accessibles sur le nouveau portail UCL Archives fin 2019.

Première mission scientifique ayant systématiquement exploré la Péninsule arabique

L’expédition Philby-Ryckmans-Lippens, menée en 1951-1952 par l’Université catholique de Louvain, est réputée être la première mission scientifique ayant systématiquement exploré la Péninsule arabique, à la recherche d’inscriptions anciennes. Elle a permis la constitution d’un fonds documentaire unique, révélant des éléments méconnus de l’histoire de l’Arabie préislamique, et parfois des pièces aujourd’hui disparues.

Des inscriptions largement inédites

Ce fonds est constitué des archives des professeurs Gonzague et Jacques Ryckmans, spécialistes des études consacrées à l’Arabie ancienne et figures remarquables de l’orientalisme belge et international. Grands pionniers de ces études, entre autres sur la base des résultats de l’expédition de 1951-1952, leurs noms restent liés à la connaissance de la langue sud-arabique : déchiffrement du sud-arabique cursif ; publication du dictionnaire sabéen – dont les notes préparatoires se trouvent dans le fonds d’archives. Comprenant des données uniques, grâce auxquelles l’UCLouvain est détentrice de la plus grande archive du monde en termes de copies d’inscriptions sud-arabiques et nord-arabiques – difficiles à retrouver sur le terrain aujourd’hui et largement inédites –, l’importance scientifique de ce fonds est internationalement reconnue.

Expertise multiple

Ce projet s’inscrit dans un partenariat multiple, permettant une concertation en termes d’expertises et de compétences. La gestion opérationnelle est confiée aux Archives de l’Université, qui assument la responsabilité de la conservation et de l’ouverture du fonds. Il implique aussi le Centre d’Études orientales – Institut orientaliste (CIOL) – dont les deux chercheuses Elynn Gorris et Perrine Pilette assurent le volet académique (recherche et préparation d’une expédition scientifique en Arabie Saoudite). Les archives font également l’objet d’une scénarisation au sein du module « Passion de chercheurs » du Musée L.

No comments:

Post a Comment